manfred sternjakob

écart production / Manfred Sternjakob

A neuf ans, Old Wabble* a doucement remplacé Hagen** dans mon estime. Old Wabble aussi défendait la liberté, mais comme Hagen, c’était un méchant. Donc, pour quelques années, j’ai du m’arranger, et comme le héros d’un film d’Achternbusch, j´ai mis des œufs crus dans mes poches, pour ne pas bousculer les autres. Puis, à quinze ans, j´ai vu ce Monsieur*** avec son chapeau qui m’a expliqué, en balayant la rue, son concept de l’art élargi. Je ne suis pas sûr d´avoir compris le concept, mais j´ai su que c’était ma chance. En plus, moi aussi, je balayais la rue chaque samedi… Depuis, ça va mieux. J´ai trouvé la soupape pour évacuer mes angoisses et mes agacements…

*Karl May, « Old Surehand I,II », ** « Die Nibelungen », ***Joseph Beuys.

Manfred Sternjakob